Skip to content

Excellent article dans Libération

December 11, 2008

I did not understand why CNDP forces do not take Walikale. Now I do:

“Ainsi, le général rebelle Laurent Nkunda, qui finance son mouvement en prélevant des taxes sur les axes routiers qu’il contrôle, n’a pas besoin de se lancer à la conquête périlleuse des mines de cassitérite. La précieuse ressource vient à lui, via ses alliés à Goma. Les patrons des comptoirs lui reverseraient une partie de leurs gains sous la forme d’un «impôt révolutionnaire» à la congolaise. Par solidarité, par sympathie ou simplement par précaution. A Goma, les assassinats de businessmen peu avisés ne sont pas rares”.

The article, signed by Thomas Hofnung, also says the following about FARDC forces in Bisiye:

“Placée sous l’autorité du colonel Samy Matumo, dont la fortune n’est un secret pour personne au Kivu, la 85e brigade est composée d’anciens combattants maï-maï intégrés au sein de l’armée nationale congolaise. Selon un expert de la filière interrogé à Goma, les soldats du colonel Matumo prélèveraient un demi-dollar 40centimes d’euro) par kilo de cassitérite. A raison de 800 tonnes extraites chaque mois, d’après les chiffres fournis par l’administration des mines à Goma, ce sont 400 000 dollars (315 000 euros) qui tombent derechef dans l’escarcelle des militaires… De quoi voir venir, et désamorcer les ordres de mutation.

Théoriquement, cette unité de l’armée aurait dû absorber des militaires venus d’autres régions du pays, dans le cadre de ce que l’on appelle au Congo le «brassage». Il n’en a rien été. Le colonel Samy Matumo, dont les mains sont couvertes de bagues, a fait de la résistance, et personne à Kinshasa ne s’est décidé à le mettre au pas. Ou ne s’en est donné les moyens.

A Bisiye, Matumo possède des bars et des hôtels. C’est lui le patron. Mais les fortunes bâties sur le dos des creuseurs de cassitérite irriguent aussi Goma et, sans doute, la capitale Kinshasa. Au bord du lac Kivu, sur les ruines d’un quartier ravagé par la dernière éruption du volcan Nyiragongo, en 2002, sortent de la terre noircie par le basalte des villas aussi plantureuses que kitsch, avec force colonnades”.

A must read. Find it here.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: