Skip to content

Article in Le Potentiel 10/14/2008 (in French)

October 17, 2008

Insécurité à l’Est : enlever tout prétexte au Rwanda


Le Potentiel, 14 octobre 2008 – Les armes continuent à crépiter au Kivu et en Ituri. Des accusations et des escalades verbales se multiplient entre la République démocratique du Congo et deux de ses voisins : le Rwanda, en particulier, et l’Ouganda. Exactement comme en 1996 et 1998. Et pourtant, en 2000, ces trois pays avaient signé l’Accord de Lusaka pour mettre fin aux hostilités. Suivi du retrait officiel des troupes rwandaise et ougandaise, de l’organisation du Dialogue intercongolais, du déroulement des élections, de la mise en place des institutions nationales en RDC et de la signature de l’Accord de Nairobi. Hélas ! Depuis le mois d’août 2008, comme en août 1998, tous ces accords sont en train d’être remis en cause. On rentre à la case départ avec toutes les conséquences imprévisibles sur la paix, la sécurité et la stabilité des institutions dans la région des Grands Lacs. Pourquoi ?

Entre la République démocratique du Congo, le Rwanda et l’Ouganda, les nuages sont sombres. On a repris le « rituel » de 1996 et 1998. Certes, les combats font rage au Kivu et ont repris en Ituri. Une reprise des combats qui suscite plusieurs interrogations et de nombreuses thèses. Autant l’intégrité territoriale de la RDC est menacée, autant la stabilité de ses institutions nationales l’est également.

Kinshasa, au regard des éléments en sa possession, accuse en particulier le Rwanda de soutenir la rébellion armée du CNDP de Nkunda. Accusation rejetée. Mais Kigali contre-attaque en accusant à son tour la RDC d’armer les rebelles rwandais, les FDLR. Entre-temps, l’Ituri qui était pacifiée replonge dans l’horreur avec le retour en force des milices locales suffisamment armées pour mettre en difficulté l’armée régulière congolaise. Selon les premiers éléments d’information, Kampala y serait pour quelque chose à cause de la présence de la LRA de John Kony. Bien plus, il se dit dans plusieurs capitales africaines et européennes que le Rwanda et l’Ouganda auraient renoué avec leur passé commun d’agresseur pour rééditer l’exploit machiavélique de 1996 et 1998. Les combats actuels en seraient la preuve irréfutable, déclenchant ainsi la IIIème guerre en RDC. Et comme en pareilles circonstances, les organisations régionales et internationales reprennent la chanson habituelle. Elles condamnent la reprise des hostilités et appellent toutes les parties au cessez-le-feu. Les appels de l’Onu, de l’Union européenne, de l’Union africaine seront-ils entendus ?

ALLER AU FOND DU PROBLEME

Cette nouvelle situation appelle une réaction conséquente pour en finir une fois pour toutes avec «cet état de guerre lancinante» et de plus en plus permanente. Il n’y a plus trente-six manières de le faire que d’aller au fond du problème et de le traiter sans complaisance.

La rengaine est connue de tout le monde : la RDC est victime d’un complot international visant sa balkanisation. L’un des couplets de cette chanson relève que l’objectif s’inscrit dans la création des Etats nains pour contrôler et piller systématiquement les richesses de la RDC. C’est un.

De deux. L’un des prétextes évoqués est la présence des interahamwe qui doivent être neutralisés. Quiconque relirait l’Accord de Lusaka, découvrirait qu’il a été question de les « traquer » pour les neutraliser. A ce sujet, le concours de la Communauté internationale a été requis pour mener des actions militaires si le rapatriement volontaire échouait. En attendant, des efforts devraient être conjugués en vue d’accélérer la réforme de l’armée nationale congolaise pour qu’elle accomplisse, conjointement avec la force internationale, cette tâche tout en veillant à la sécurité du territoire et à la protection des biens et des personnes.

C’est dans cet ordre d’idées que la Conférence internationale sur la région de Grands Lacs a été instituée. C’est dans la même optique que l’Accord de Washington a été également signé mettant, en place la Tripartie plus 1 ; c’est-à-dire, le Rwanda, l’Ouganda, la RDC et le Burundi. D’où la signature de l’Accord de Nairobi dans la perspective de la neutralisation des forces négatives pour clore définitivement ce chapitre de guerre ; d’insécurité récurrente dans la région des Grands Lacs. Rien n’a été laissé au hasard : toutes les causes ont été identifiées pour qu’elles ne reproduisent plus les mêmes effets. Initiative appuyée par des suggestions économiques en vue de relancer le développement des pays de la région.

Qu’est-ce qui n’a pas marché pour que toutes ces initiatives onéreuses ne produisent pas les faits escomptés ? C’est maintenant ou jamais le moment de répondre à cette interrogation, de manière précise, courageuse et sans faux fuyants. Ni chercher à adopter une attitude narcissique.

La guerre, il faut le retenir, se déroule en RDC avec destruction des infrastructures socio-économiques et des millions de morts. Il revient à Kinshasa de prendre l’initiative de toute démarche qui doit absolument conduire vers une véritable paix.

Au plan politique, les institutions nationales doivent s’approprier cette démarche pour consolider l’unité nationale et renforcer la cohésion sociale. Cela doit se dérouler de manière impartiale, sans agenda caché mais conformément aux us et coutumes d’un Etat de droit qui s’appuie sur la légalité, l’égalité et la justice. La confiance interne affirmée, toute revendication, quelle qu’elle soit, s’appuierait sur les institutions républicaines et non sur un groupe d’individus.

Mais pour autant que les forces négatives, notamment le FDLR qui constituent cette épine au pied des Congolais, elle doit être extirpée conformément aux accords conclus. C’est ainsi que l’ONU et l’ UA qui ont déjà promis monts et merveilles, réagissent comme au Darfour, avec un mandat bien qualifié pour ramener la paix. Dans le cas d’espèce, neutraliser les FDLR. Si le rapatriement volontaire posait problème pour des raisons de sécurité au retour au Rwanda, Kinshasa a l’obligation morale et politique d’exiger la délocalisation de ces forces négatives pour un autre pays, loin de la RDC. L’objectif est de réaffirmer sa volonté politique de paix et de ne soutenir aucun mouvement rebelle étranger. Le problème doit être posé en termes clairs de manière à éviter tout malentendu dès lors qu’il s’agit de l’un des prix à payer pour que le Congo retrouve la paix. Pour autant que la guerre ne se déroule ni au Rwanda ni en Ouganda. On enlèverait ainsi tout prétexte aux pays voisins qui brandissent chaque fois la présence des Interahamwe en RDC.

LA PAIX DES BRAVES

Cette attitude ouvrirait la voie à des négociations porteuses d’espoir. Mais placerait également l’Onu, l’Union africaine, la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs devant leurs responsabilités. On ne peut pas penser qu’elles auraient fourni autant d’efforts financiers qu’humains pour que la guerre continue à se dérouler en RDC. Seule l’attitude sans équivoque de Kinshasa les placerait devant leurs responsabilités politiques internationales.

Mais avant toute chose, Kinshasa est condamné à écarter, à punir tous ceux qui s’emploient à faire de cette guerre un « fonds de commerce » pour s’enrichir. Ceux qui trahiraient le sens du vote des populations congolaises et l’espoir qu’elles ont placé au sein des institutions nationales issues de la volonté du souverain primaire.

Ceci fait, Kinshasa s’emploierait à dialoguer avec Kigali et Kampala afin de parvenir à un accord politique qui respecte les grandes lignes du droit international et de la coexistence pacifique. Et comme l’ont dit les évêques catholiques dans leur dernière déclaration d’hier lundi 13 octobre :« Toutes les puissances, les multinationales, les Grands Lacs, etc. bref, tout le monde gagnera avec un Congo en paix plutôt qu’un Congo en guerre ».

Il est vrai qu’il revient au prochain cabinet du Premier ministre Adolphe Muzito de relever ce défi. Son mérite résidera dans sa capacité à tourner effectivement cette page d’insécurité récurrente, de cette guerre lancinante et d’usure ; à travers sa lucidité d’éviter tout piège qui affaiblirait davantage la RDC. Pour que « la population de la République démocratique du Congo tout entière mène une existence calme et paisible », ainsi que l’ont recommandé les évêques catholiques.

C’est maintenant ou jamais le moment d’enlever tout prétexte au Rwanda. D’éviter un retour à la case départ comme s’il n y a jamais eu l’ Accord de Lusaka, de Dialogue intercongolais, d’élections, la Tripartite plus 1, d’Accord de Nairobi, de Conférence de Goma. Et surtout plus de quatre millions de morts

Advertisements
No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: